Vosges Passions

Le Forum des Vosges
 
AccueilPortailGalerieRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 contes vosgiens

Aller en bas 
AuteurMessage
patoisantlorrain
Grand Ecuyer
Grand Ecuyer


Messages : 26
Points : 32
Réputation : 0
Date d'inscription : 14/01/2012
Age : 55
Localisation : Val d'Euron

MessageSujet: contes vosgiens   Lun 23 Jan - 20:18

Voici deux petits contes vosgiens en patois de Fiménil (Bruyères), l'un fantastique et l'autre un peu plus cru :

Lè fâye de Hèriopré / la fée de Hariopré (1928)

Ç’tait in sam’di sâ èprès seupè. Dos lè grôsse moûtrosse-lo, lè dèm’holle ’tait é lè cwâre di feû, comme d’(h)abitûde, è trè’în d’ègraihhi lès solès d’keû dès gens dè mauhon po n-ollè è lè mosse lo lèn’demain. Elle ’tait fôchîe. « Mè mâtrosse m’é r’preuchi de tojos ègraihhi mès solès les premèys ! Qui ost-ce qu’é bé pwèyu li reppotè cè ? N’î h’mâs pohhènne tot-lo quand j’fâs lè b’sone-lo, lès (h)euhhs sot tiôs, tot lo monde ost i lèyt... Ce n’s’rôt ête lè chette que vé tonî aulento d’mi au d’hant so crédo, ou bè que se hhauffe sus lè piètine di foné au tieuhant lès eûs è lè mwèytik, comme fèyot tout’ lès chettes !... Et l’aute-ote eun’pôle mi pus que lès autes... Portant ceulle-lo m’é l’âr de tojos me spî d’ène drôle de foçon, o dîrôt que mè b’sone l’intèresseusse. Et poquè donc qu’elle vè tojos écote mi chèque sam’di sâ ! » Et de qwéri, et de songi, lè paure dèm’holle ne wèyait mi tiost-ce que pwèyait bé l’ovoûr reccusè.
Tot d’in côp, fôchîe de n’mi treuvè sus tiost-ce motte l’endôsse, elle fout in bon côp d’solè sus lè hhinâye dè chette au li d’hant: « Peute bête, ce n’s’rôt ête que ti que m’è vondue, fous to camp ! »
Lè chette eus’sauveut è lè gringe, po lè polotte, au grolant et au bokessant.
Lo lèn’demain, lè chette eun’veneut mi comme d’(h)abitûde fâre lè belle auto di sé d’lâcé po z-ovoûr lè skème, et lè mâtrosse ’tait d’mourâye i lèyt. Ceulle-ci owait lo brès câssè : ç’tait ène fâye qu’owait lo pouwêr’ de s’fâre chette po survo’î sès sreuvants.


C'était un samedi soir après souper. Dans cette grosse ferme-la, la servante était au coin du feu, comme d'habitude, en train de graisser les chaussures des gens de la maison pour aller à la messe le lendemain. Elle était fâchée. "Ma maîtresse m'a reproché de toujours graisser mes chaussures les premières ! Qui a bien pu lui rapporté cela ? Il n'y a jamais personne là quand je fais cet ouvrage, les portes sont fermées, tout le monde est au lit... Ça ne saurait être que le chat qui va tourner autour de moi en disant son crédo (en ronronnant), ou bien qui se chauffe sur la platine du fourneau en fermant les yeux à moitié, comme font tous les chats !... Et celui-là ne parle pas plus que les autres... Pourtant celui-là m'a l'air de toujours me regarder d'une drôle de façon, on dirait que mon ouvrage l'intéresse. Et pourquoi donc va-t-elle toujours contre moi chaque samedi soir !" Et de chercher, et de songer, la pauvre servante ne voyait pas qui pouvait bien l'avoir accusé.
Tout à coup, fâchée de ne pas trouver sur qui mettre l'affaire, elle donne un bon coup de soulier sur l'échine du chat en lui disant : "Vilaine bête, ça ne saurait être que toi qui m'a vendue, fiche ton camp !"
Le chat se sauva à la grange, par la chatière, en grognant et en boitant.
Le lendemain, le chat ne vint pas comme d'habitude faire le beau autour du seau de lait pour avoir l'écume et la maîtresse était restée au lit. Celle-ci avait le bras cassé : c'était une fée qui avait le pouvoir de se faire chat pour surveiller ses servants.


Ês voilles : à la fête patronale (1926)

Ç’tait lès våilles è Champdrâ. Joson erriveut de bonne (h)oûre chîz Zonzon de R’naufaing po monè lè feille au bâl. Depeus longtops, i tonait èlento : qu’ost-ce qu’o n’fârôt mi po ête lo bé v’nu dos ène bonne mauhon ? ‘L owait mottè sès bottes, ène nûve blaude bleue tot r’luhante ; i ‘tait bé rèsè, sè côllîre bé r’pessâye : i ‘tait fîn brauve.
Comme cè n’tait co mi fât de dèjunè, qu’o z-è ‘tait seul’mot è lè tâte, o lo fèyeut èhhâr è tâye, èvo în voûrre, ène essîtte et dès péces de tâte de maujîn, dès qwèches, de soche tâte et di pâté. I manquait în couté. Quand les fommes s’è beillont d’vôde, elles coront vite è lè keuhine po li è n-eppotè în. Mâs Joson li zi d’heut : N’vos dèrongèz mi tant, ç’n’ost mi lè poûne, ollèz, j’â dès bonnes îngues.


C'était la fête patronale à Champdray. Joseph arrriva de bonne heure chez Zonzon de Renaufaing pour conduire la fille au bal. Depuis longtemps, il tournait autour : qu'est-ce qu'on ne ferait pas pour être le bien venu dans une bonne maison ? Il avait mis ses bottes, une blouse bleue toute brillante ; il était bien rasé, son col bien repassé ; il était très beau.
Comme ça n'était pas encore fini de déjeuner, qu'on en était seulement à la tarte, on le fit asseoir à table, avec un verre, une assiette et des parts de tarte au maujin, des questches, de la tarte sèche et du pâté. Il manquait un couteau. Quand les femmes s'en rendirent compte, elles coururent vite à la cuisine pour lui en apporter un. Mais Joseph leur dit : Ne vous dérangez pas tant, ce n'est pas la peine, allez, j'ai de bons ongles !

Constant Lemasson

Le patois, c'est ça : des poésies, des histoires de fées et d'autres un peu plus "peutes" !
Revenir en haut Aller en bas
http://patoisantlorrain.canalblog.com
Gaëtane
administrateur
administrateur
avatar

Messages : 286
Points : 925
Réputation : 4
Date d'inscription : 28/08/2010
Age : 63
Localisation : Remiremont

MessageSujet: Re: contes vosgiens   Lun 23 Jan - 21:17



De belles histoires qui, je suppose, ont été racontées autrefois pendant les veillées à la lueur des bougies Toute une époque

Avez-vous des histoires de loups ? study
Revenir en haut Aller en bas
patoisantlorrain
Grand Ecuyer
Grand Ecuyer


Messages : 26
Points : 32
Réputation : 0
Date d'inscription : 14/01/2012
Age : 55
Localisation : Val d'Euron

MessageSujet: Re: contes vosgiens   Jeu 26 Jan - 21:01

Voici un extrait du conte "Au loup" d'Eugène Mathis en patois de Fraize. Vous comprendrez ainsi pourquoi on appelle les gens de Mandray, les loups :

A z-explique de bîn dis faços lè cause que li valeut s’fait ennoyemat. I n-în que dehat qu’is sot èvèr’çûx, rewêtants, èdadjis, poutès sus lû vate. Qu’ôst-ce que dje sais co ? Tout’ lis vertus enfî qu’a z-è lè môde de crômè au loup. Po çu que lis k’nnat bîn, ç’ast tot-là propes inventios de djens que sot djalûx do foûn’ qu’is ot sèvu matte das lûs bottes.
Lo na-là vînt d’aute leû et l’explicâtio que dj’ây tout’ lis râhos de crêre lè moûn’s vraie ast çalle que vaci. Elle me feut dennâye în sâ d’oûdes pa în vîx Mandresé que lo brand’vî radait ’loquent et que lè tenit do grand-père de sè grand-mère mûte è nonante-dux ans trâs moûs, è lè fiô de s’n èdje.
Quand lis djens de Mandrâ n-alleûnent po qwêre în longuèdje è lè toûr de Babel, is pwateûnent tot dètchaus po mènèdji lûs solès. Aussi erriveûnent-is lis dêrers. I ne demourait pus qu’ène longue ; mi mou’în de tchwèsi. Comme is branstiant, pace qu’is lè trovant ène caille rûde, a li deheut :
- Et pis, hêtèz-vos de lè pâre si vos ne v’lôz mi ête oblidjis de hurlè comme dis loups.
- Oh !, qu’is rèpondeûnent, dje ne fai’as djà que hurlè ateur nos et dje nos compeurnas mout bîn ; ça ne nos tchindjerôt do(c) mi. Mais i nos faut tot de même ène longue po no faire compâre dis ètrindjes et ç’ast è cause de cela que dje sos venus.


On explique de bien des façons la cause qui leur valut pareil ennui. Il y en a qui disent qu'ils sont avares, regardants, attardés, portés sur leur ventre. Que sais-je encore ? Toutes les vertus enfin qu'on a la mode de donner au loup. Pour celui qui les connait bien, ce sont là propres inventions de gens qui sont jaloux du foin qu'ils ont su mettre dans leurs bottes.
Ce nom-là vient d'ailleurs et l'explication que j'ai toutes les raisons de croire la moins vraie est celle que voici. Elle me fut donnée un soir de fête patronale par un vieux Mandresayen que l'eau-de-vie rendait éloquent et qui la tenait du grand-père de sa grand-mère morte à quatre-vingt douze ans trois mois, à la fleur de son âge.
Quand les gens de Mandray allèrent pour chercher un langage à la tour de Babel, ils partirent pieds-nus pour ménager leurs souliers. Aussi arrivèrent-ils les derniers. Il ne restait plus qu'une langue ; pas moyen de choisir. Comme ils hésitaient, parce qu'ils la trouvaient un peu rude, on leur dit :
- Et puis, hâtez-vous de la prendre si vous ne voulez pas être obligés de hurler comme des loups.
- Oh !, répondirent-ils, nous ne faisons que hurler entre nous et nous nous comprenons fort bien ; ça ne nous changerait donc pas. Mais il nous faut tout de même une langue pour nous faire comprendre des étrangers et c'est à cause de cela que nous sommes venus.


Revenir en haut Aller en bas
http://patoisantlorrain.canalblog.com
Gaëtane
administrateur
administrateur
avatar

Messages : 286
Points : 925
Réputation : 4
Date d'inscription : 28/08/2010
Age : 63
Localisation : Remiremont

MessageSujet: Re: contes vosgiens   Ven 27 Jan - 13:19

Bien sympathique, cette anecdote Smile

En parlant de loup, M. D....a relevé aux archives départementales des Vosges, des actes de sépulture d'enfants, dans les registres paroissiaux.
A une époque très lointaine, le loup affamé attaquait le plus souvent des enfants, des êtres sans défense.


Acte de sépulture de Thérèse Géhin

"Thérèse, fille de Nicolas Géhin et d'Hélène Houot de la paroisse de Pouxeux, âgée d'environ 6 ans, malheureusement emportée sur cette paroisse par un loup qui la mit à mort et la dévora en partie, le cinquième jour du mois de juillet de l'année mil sept cent cinquante cinq, et le lendemain le reste de son corps fut inhumé dans le cimetière de cette paroisse avec les cérémonies ordinaires en présence de son père, de sa mère et d'un grand concours de peuple".
Signature : Nicolas Géhin

Registres paroissiaux de Saint Nabord, cote 5 MI 436/R3

Acte de sépulture de Jean-Marc Thiriet

" L'an mil sept cent cinquante cinq, le seizième jour du mois de juillet, est décédé en cette paroisse Jean-Marc Thiriet, fils de feu Joseph Thiriet et d' Anne Thouvenin du Savoyen, ayant été dévoré du loup le quatorze du mois ; son corps a été inhumé dans le cimetière de Saint-Etienne les ans et jours ci-dessus, avec les cérémonies ordinaires, en présence de Nicolas Thiriet et de Michel Guillaume qui ont signé avec moi".

Signatures :
Jean Nicolas Thiriet, Michel Guillaume, Vannesson, Curé de Saint-Etienne


Registres paroissiaux de Saint-Etienne, cote E DPT 424 GG8

Revenir en haut Aller en bas
patoisantlorrain
Grand Ecuyer
Grand Ecuyer


Messages : 26
Points : 32
Réputation : 0
Date d'inscription : 14/01/2012
Age : 55
Localisation : Val d'Euron

MessageSujet: Re: contes vosgiens   Mar 31 Jan - 20:54

Le loup est de retour dans les Vosges et selon le dernier article de L'Est Républicain, il y aurait maintenant plusieurs loups.

Si le loup attaquait les enfants, c'est aussi parce que ces derniers étaient plus exposés : à cette époque, c'étaient des enfants de 10 ans qui gardaient les troupeaux.

Il faut aussi rappeler qu'on élevait peu ou pas de moutons dans la montagne. Ainsi, à Neuvillers, on a mouto mais aucun terme pour bélier, brebis et agneau. Dans les communes environnantes (Ban-de-Laveline, Gemaingoutte), on a beurâd ou boc, berbis et èyé. Dans le dictionnnaire de Pierre Fève sur le patois de Corcieux, on écrit pour le mot brebis : i n'î wé d'brebis ne d'moutons dos lè montène / il n'y a guère de brebis ni d'moutons dans la montagne. Maintenant le problème se pose avec le retour du loup. On crie au loup mais contrairement au lynx, le loup n'a pas été réintroduit, il est revenu "naturellement". On craint le loup mais le lynx peut être un animal aussi dangereux. Pourtant, il n'a jamais fait parler de lui depuis qu'il a été réintroduit dans les Vosges. Plutôt que de chercher à abattre les loups, il faudrait employer une méthode plus pacifique en protégeant les troupeaux avec des chiens de race patou comme cela se fait dans le Jura.
Revenir en haut Aller en bas
http://patoisantlorrain.canalblog.com
patoisantlorrain
Grand Ecuyer
Grand Ecuyer


Messages : 26
Points : 32
Réputation : 0
Date d'inscription : 14/01/2012
Age : 55
Localisation : Val d'Euron

MessageSujet: Re: contes vosgiens   Sam 11 Fév - 12:57

En ces temps de grand froid, voici deux textes de Josette Masade en patois de Champdray, parus dans l'Est Républicain du 21/11/1999 et le 21/01/2001. Le deuxième récit explique l'origine de l'expression "avoir la clé du pot".

È z-èhoche è fâre frâd

L’Alfred, po în râpiat, ç’taizeûr în râpiat ! Tojos è rètrionè sus tout’, sus lès èwîes dès vèches, sus lè homâye di pohhé...
Lès h’lînes ? Elles n’owînt qu’è hhèt’lè po treuvè è mingi !
È vôdiait jeute lo pânnêge dè betterîe po lôs-y bè’i quand’ y owaizeûr dè noge. Es fayînt dès p’tits û(f)s ? Et peus ! În û(f), ç’ost auss’ bé în û(f) ! N'y è faut tojos auchtant po fâre ène dozaine !
Sè peûre fomme - elle ost môte -, elle è n-è fât dès âtîes et dès cwèchotterîes po monè so mènêge ! Lo jo qu’el è mèriè zu feille, elles ont stu tout’ lès dous’ si bé hontoûses !
Volo lè noce qu’errîve chîz lè grand Gagat(h)e po boûre l’èpèritîf. L’Alfred se r’doye et dit bé haut : èlors, lès fommes, vos n’è volèz mi !
Pohhênne n’è rèpondu... Cè fayait lè mwètî dès geos d’srevis...
Et d’peus qu’el ost vôf, o dîrôt bé qu’ç’ost co pèys. È n’ècheute prèque pus ré. I rèpeusteule sès ch’mûhes èvo tant d’pètes qu’o n’pût mi sovoû d’quée colou elles tînt po z-èhochi.
L’aute foûs, în sâ, so n’vû lo v’nè wâ.
- Et co vos, m’n onkîn ! Vos sôz tot po vos ? Mâs, ‘z-èchoche è fâre frâd ! Vos n’ôz mi d’feuy ?
- Si-ost !, qu’rèpond l’aute-ote ! J’n-â ! J’elleume sé j’vûx !


Alfred, pour un avare, c'était un avare ! Toujours à grappiller sur tout, sur les rations des vaches, sur la pâtée du porc...
Les poules ? Elles n'avaient qu'à gratter pour trouver à manger !
Il gardait juste le balayage de la batteuse pour leur donner quand il y avait de la neige. Elle faisaient de petits œufs ? Et puis ! Un œuf, c'est pourtant un œuf ! Il en faut toujours autant pour faire une douzaine !
Sa pauvre femme - elle est morte -, elle en a fait des manières et des cachotteries pour mener son ménage ! Le jour où il a marié leur fille, elles ont été toutes les deux bien honteuses !
Voilà la noce qui arrive chez la grand Agathe pour boire l'apéritif. Alfred se redresse et dit bien haut : alors, les femmes, vous n'en voulez pas !
Personne n'a répondu... Ça faisait la moitié des gens de servis...
Et depuis qu'il est veuf, on dirait bien que c'est encore pire. Il n'achète presque plus rien. Il rapièce ses chemises avant tant de pièces qu'on ne peut pas savoir de quelle couleur elles étaient pour commencer.
L'autre fois, un soi, son neveut vient le voir.
- Bonjour, mon oncle ! Vous êtes tout seul ? Mais, il commence à faire froid ! Vous n'avez pas de feu ?
- Si !, répond celui-là ! J'en ai ! J'allume si je veux !

Lè kiè di pot

Bé dès foûs, quod’ lo pêre rotrait, i d’hait è sè fomme : T’es lè kiè di pot ! Lè gamine qu’oûyait ç’lè n’compérnait mi. Lè kiè di pot ? Dos lè mauhon, y è n-owait auss’ bé dès kiès... çolle di biffet dè keuhîne, ène è chèque (h)euhh, ène è chèque tîrant, tojos fromès. Lès èfants n’owînt mi lo drât d’y botte lè main, mi lo drât d’pôre tot po zeûx în mion d’pain ou d’seuke. Èn’dos qu’lès porots ‘tînt èvant po trèveilli dân’(h)euhh, Ninie d’mourait sus so p’tit banc di grand d’l’èmeuy-jo. Quod’ lè faim li gargueuillait dos lo vote, elle r’wâtait lè kiè au z-ettodant qu’es r’venînssent.
Po lès ormâres, ç’taizeûr lè même cheûse. - Qu’ost-ce qu’el y è dos lo grand tîrant è lè chambe, moman ?
- Dè s’moce de trop keurioux !
O z-èrôt bé dit qu’lès longues ‘tint fromâyes è kiè aussi.
Y owait lè kiè dè r’mîse, çolle dè câve, lè kiè dès h’lînes... dès grôsse nâres kiès eccreuchies chèque sâ èprès dès poites ècote lo soli.
Mâs, èdè qu’lè Ninie v’nait grande, elle è jeûyi d’compôre snos ré d’mandè. È chèque foûs qu’o li d’hait : T’ès lè kiè di pot, sè mêre n-ollait dèvant lè creuhâye, où’st-ce qu’y owait ène mâhhe guièce pondue è l’espagnolette. Ç’ost tot-lo qu’lo pêre s’rèsait lo dîmonche mètîn. Lè fomme trempait lo coin d’în tôchon dos lo seillot sus lè piêrre d’ôve et nott’yait ène nâre bâillesse sus sè jeûye, sus so front, ou sus so nèz. È fôhhe de hoff’nè dos so foné po z-y r’botte di beûs, d’chingi sès câquelles de pièce, d’mânî lès piètines èvo lo tihonnêy, elle owait sovot dè seûye sus les dâs. I fayait si bé toffe tot-lo, qu’machinal’mot, elle s’pessait lè main sus lè figûre. Et volo ! È n'y owait qu'lêye po s'erringi dîno. È n’y owait qu’lêye po fâre lè moronde. Elle ‘taizeûr lè mâtrosse di foné et dès pots. Elle è n-owait lè kiè.


Bien des fois, quand le pèe rentrait, il disait à sa femme : Tu as la clé du pot ! La gamine qui entendait cela ne comprenait pas. La clé du pot ? Dans la maison, il y en avait pourtant des clés... celle du buffet de la cuisine, une à chaque porte, une à chaque tiroir, toujours fermés. Les enfants n'avaient pas le droit d'y mettre la main, pas le droit de prendre eux-mêmes un morceau de pain ou de sucre. Dès que les parents étaient partis pour travailler dehors, Eugénie restait sur son petit banc le long de l'après-midi. Quand la faim lui gargouillait dans le ventre, elle regardait la clé en attendant qu'ils reviennent.
Pour les armoires, c'était la même chose. - Qu'est-ce qu'il y a dans le grand tiroir de la chambre, maman ?
De la semence de trop curieux !
On aurait bien dit que les langes étaient fermées à clé aussi.
Il y avait la clé de la remise, celle de la cave, la clé des poules... de grosses clés noires accrochées chaque soir après des pointes à côté de la boite à sel.
Mais, au fur et à mesure qu'Eugénie devenait grande, elle a réussi à comprendre sans rien demander. À chaque fois qu'on lui disait : Tu as la clé du pot, sa mère allait devant la fenêtre, où il y avait une méchante glace pendue à l'espagnolette. C'est là que le père se rasait le dimanche matin. La femme trempait le coin d'un torchon dans le seau sur l'évier et nettoyait une traînée noire sur sa joue, sur son front, ou sur son nez. À force de fourrager dans son fourneau pour y remettre du bois, de changer ses casseroles de place, de manier les platines avec le tisonnier, elle avait souvent de la suie sur les doigts. Il faisait si chaud et lourd, là, que machinalement, elle se passait la main sur la figure. Et voilà ! Il n'y avait qu'elle pour s'arranger de la sorte. Il n'y avait qu'elle pour préparer les repas. Elle était la patronne du fourneau et des pots. Elle en avait la clé.
Revenir en haut Aller en bas
http://patoisantlorrain.canalblog.com
patoisantlorrain
Grand Ecuyer
Grand Ecuyer


Messages : 26
Points : 32
Réputation : 0
Date d'inscription : 14/01/2012
Age : 55
Localisation : Val d'Euron

MessageSujet: Re: contes vosgiens   Dim 12 Fév - 10:53

L'école d'autrefois en 1886 vue par Jean Valentin (auteur d'un cœur de mère dans la partie poème) et dont l'instituteur était Eugène Mathis, un autre patoisant :

Quad l’înstructio dev'neut gratuite, laïque et co obligatoire, ça tchindjeut bîn dis tchôses das note besse.
Po dîre vrai, è l’èhatche, elle n’îre co wé laïque, pusque nûf ans èprès lè loi Ferry, dje d'hans co lè prière.
Mais a n’y eppeurnit pus ni l’Histoire Sainte ni lo catétchîme. Et pis, lo curè et lo vicaire ne v'nant pus nos visitè.
Dj’awans èvo nos în protestant et co în djwé(f) que d'hant en même taps que nos, lû prière è lû façô, et jamais ène difficulté ne s’èl'veut ateur nos. A z-îre do taps-là, po lo moûn’s, aussi tolèrant qu’audjud’(h)eû. Trop-bîn dis pârats awant honte de l’ignorance de lûs èfants. Mais lè vîe îre duhhe, et il y avoût dis paures djens que n'trovant poit de b'sèye po guègni dis sous. Lis èfants s’èl'vant comme dis tchèvris è l’èronde dis mauhos. Et pis a z-avoût b'sè d'zâs comme haders, et co po wâdè lis pus p'tiats.
Braumat ne v'nant è l’ècôle qu’ateur lè Tossaint et Pâques, et is n’y v'nant co que pace qu’au Foné, is trovant è mindji po rîn. Ce que n'lis èpètchit mi d'faire lo r'nâd quad i n'fè’it mi trop frâd.
Il y avoût dis paures djens que n'p’ant mi r'veusti lûs p'tiats po lis èwî è l’ècôle. I manquait tocoûs èque, solès d'bôs, tchaussattes ou d'vèter. Et pis lis s’faits que ç'la qu’a heutchit lis indigents, n’yant r'çus que pa tcharitè; trop sovat, is s'n-è d'nnant è d'wâde et s'piandant è lè mauhô. Vexès, lis pârats lis wâdant tchîz zâs.
Do momat que l’înstructio feut gratuite po tortus, lis indigents n’ônent pus honte de v'ni è l’ècôle. Aussi dis boûbes de doze è sôze ans v'neûnent è clâsse, eppâre è lère et co è z-ècrîre. Et i n’y avoût qu’awant lè tête si duhhe qu’is n'p’ônent rîn eppâre do tot.
Naturell'mat, is s’y k'nnahhant meux po djouè dis toûrs que po s’appliquè is leços. Note mâte, Monsû Mathis, tchâdji dè prèparâtio au certificat, n’avoût qu'vêt’ ans. Il îre ène câille djène po diridji dis grands garnemats que pretâdant n’è faire qu’è lû gré. Mais il avoût pièci, ècate so pupite, trâhh ou qwète baguettes de coûre que hhwîngant duhh. Quad elle ônent srevi, dje feûnes domptès et dj’èhatcheûnes è z-eppâre quique tchôse, sè mèt(h)ôde feut lè bonne.
I faut dîre que, do taps-là, lo système dis correctios îre pratiquè è lè mauho, et fè’it pwatie do programme è l’ècôle. Et a n’y trovait co mi è r'dîre.
Ène foûs, dje m'piandeus è lè mauho d’avoû èvu sus lis dôs. Po m'consolè, dje feus corridji, et ça m'sreveut de l'ço.
Po lo certificat, è 1886, dj’yans pus d'20 èlèves, et dje feûnes prèque tortus r'çus. Il y avoût 2 sèrîes. L’ècôle de Fraize avoût lis dûx premers, în dûsîme, în (h)eûtîme... Ce feut în bî succès !
Mais il y ôt dis grands bêtâs que n'denneûnent poit d'satisfactio è note djène sous-maite. Is eppeurneûnent è lère et co ène câille è z-ècrîre. Po lo rèhhe, ce feut pône pedoûye. Et dje m'sovîns tocoûs d’ène sèance que nos fit bîn rîre.
- Quelle est la montagne la plus haute d’Europe ?, d'mandeut M. Mathis au pus vîx (c’îre aussi lo pus bête).
L’aute tadait l’arâille, escoutant çu qu’a li soffiait. Et, tot d’în côp, i brè'eut d'sè groûsse wès:
- C’est le Reichberg !
C’îre djà bîn èmusant, mais ce feut co meux quad a z-èband'nneut lè gèographie po l’(h)istwêre.
- Comment s’appelait la femme de Clovis ?, li d'mandeut co lo mâte.
Mo gaillârd, debout et bîn embarrassé dînsi sus sis pettes comme ène vètche è trè’î de pistelè. În wèsi, farceur, li soffieut lè rèponse, et mo bourricot rèpondeut: Jérusalem !
Dje feûnes în boûn’ momat po nos r'bottè, tell'mat dje rieûnes.
Mais comme M. Mathis li pôsait ène dèrêre questio, mo gaillârd se r'toneut d'was lo çu qu'li soffiait, et i li bwêleut das lo nèz:
- Couhe-teu, vè’o !


Quand l'instruction devint gratuite, laïque et obligatoire, ça changea bien des choses dans notre vallée.
Pour dire vrai, au début, elle n'était encore guère laïque, puisque neuf ans après la loi Ferry, nous disions encore la prière.
Mais on n'y apprenait plus ni l'Histoire Sainte ni le catéchisme. Et puis, le curé et le vicaire ne venaient plus nous visiter.
Nous avions avec nous un protestant et un juif qui disaient en même temps que nous, leur prière à leur façon, et jamais une difficulté ne s'éleva entre nous. On était en ce temps-là, pour le moins, aussi tolérant qu'aujourd'hui. Beaucoup de parents avaient honte de l'ignorance de leurs enfants. Mais la vie était dure, et il y avait de pauvres gens qui ne trouvaient pas de besogne (de travail) pour gagner de l'argent. Leurs enfants s'élevaient comme des cabris autour des maisons. Et puis on avait besoin d'eux comme vachers, et pour garder les plus petits.
Beaucoup ne venaient à l'école qu'entre la Toussaint et Pâques, et il n'y venaient encore que parce qu'au Fourneau, ils trouvaient à manger pour rien. Ce qui ne les empêchait de faire le renard (l'école buissonnière) qua nd il ne faisait pas trop froid.
Il y avait de pauvres gens qui ne pouvaient pas rhabiller leurs petits pour les envoyer à l'école. Il manquait toujours quelque chose, sabots, chaussettes ou tablier. Et puis, les pareils que cela qu'on appelait les indigents, n'étaient reçus que par charité ; trop souvent, ils n'y prêtaient pas attention et se plaignaient à la maison. Vexés, les parents les gardaient chez eux.
Du moment que l'instruction fut gratuite pour tous, les indigents n'eurent plus honte de venir à l'école. Aussi des garçons de douze à seize ans vinrent en classe, apprendre à lire et à écrire. Et il y en avait qui avaient la tête si dure qu'ils ne purent rien apprendre du tout.
Naturellement, ils s'y connaissaient mieux pour jouer des tours que pour s'appliquer aux leçons. Notre maître, Monsieur Mathis, chargé de la préparation au certificat, n'avait que vingt ans. Il était un peu jeune pour diriger des grands garnements qui prétendaient n'en faire qu'à leur gré. Mais il avait placé, contre son pupitre, trois ou quatre baguettes de coudrier qui fouettaient dur. Quand elles eurent servi, nous furent domptés et nous commençâmes à apprendre quelque chose, sa méthode fut la bonne.
Il faut dire, qu'en ce temps-là, le système des corrections était pratiqué à la maison, et faisait partie du programme à l'école. Et on n'y trouvait pas encore à redire.
Une fois, je me plaignis à la maison d'avoir eu sur les doigts. Pour me consoler, je fus corrigé, et ça me servit de leçon.
Pour le certificat, en 1886, nous étions plus de 20 élèves, et nous furent presque tous reçus. Il y avait deux séries. L'école de Fraize avait les deux premiers, le deuxième, un huitième... Ce fut un beau succès !
Mais il y eut de grands bêtas qui ne donnèrent pas de satisfaction à notre jeune maître (non titularisé). Il apprirent à lire et un peu à écrire. Pour le reste, ce fut peine perdue. Et je me souviens toujours d'une séance qui nous fit bien rire.
Quelle est la montagne la plus haute d'Europe ?, demanda M. Mathis au plus vieux (c'était aussi le plus bête).
L'autre tendait l'oreille, écoutant ce qu'on lui soufflait. Et, tout à coup, il brailla de sa grosse voix:
C'est le Reichberg !
C'était déjà bien amusant, mais ce fut encore mieux quand on abandonna la géographie pour l'histoire.
Comment s'appelait la femme de Clovis ?, lui demanda encore le maître.
Mo gaillard, debout et bien embarrassé ainsi sur ses pattes comme une vache en train de piétiner (avant de vêler). Un voisin, farceur, lui souffla la réponse, et mon bourricot répondit : Jérusalem !
Nous fûmes un bon moment pour nous remettre, tellement nous rîmes.
Mais comme M. Mathis lui posait une dernière question, mon gaillard se retourna vers celui qui lui soufflait, et lui cria dans le nez :
Tais-toi, bêta !









Revenir en haut Aller en bas
http://patoisantlorrain.canalblog.com
Gaëtane
administrateur
administrateur
avatar

Messages : 286
Points : 925
Réputation : 4
Date d'inscription : 28/08/2010
Age : 63
Localisation : Remiremont

MessageSujet: Re: contes vosgiens   Mar 14 Fév - 19:42


Ah ! l'école d'autrefois, j'ai posté il y a quelque temps "sur les bancs de la communale" dont voici le lien...


http://www.forum.vosges-passions.fr/t130-sur-les-bancs-de-la-communale

En lisant le texte en patois, je relève tout de même des mots écrits en français. Ils ne peuvent pas être traduits en patois ? scratch
Revenir en haut Aller en bas
patoisantlorrain
Grand Ecuyer
Grand Ecuyer


Messages : 26
Points : 32
Réputation : 0
Date d'inscription : 14/01/2012
Age : 55
Localisation : Val d'Euron

MessageSujet: Re: contes vosgiens   Jeu 16 Fév - 22:11

C'est vrai que Jean Valentin pensait plus en français, du moins ce texte. Il n'avait peut-être pas la même approche qu'Eugène Mathis et surtout, étant à Madagascar pour son travail, il ne pouvait pas le pratiquer. Comme l'écrit Eugène Mathis dans la préface du Collier d'Or, les mots patois manquent pour la traduction et on est souvent obligé de recourir au synonymes ou aux périphrases. Mais parfois on fait l'inverse comme dans un exercice en patois de Neuvillers-sur-Fave où il fallait traduire "un couple en voyage de noces et la réponse était : doux djènes mèriès / deux jeunes mariés.

On retrouve des mots ou des expressions françaises dans d'autres langues régionales. Ainsi, en francique rhénan (Sarreguemines), on a les mots Schòpinjò et Schüschdepä, tout le monde aura reconnu champignon et juge de paix ! En breton, on retrouve certaines expression comme alafin, à la fin ; abeupre, à peu près, toutafêd, tout à fait. Quand ils sont laissé en français, on appelle cela en linguistique du code switching.

Quand j'apprenais le breton, on distinguait plusieurs bretons : le brezhoneg cheuc'h / le breton chic, littéraire opposé au brezhoneg rust / breton rude, populaire ou aussi le brezhoneg-beleg / breton de curé (employé par les prêtres et truffés de mots français) et le brezhoneg chimik / breton chimique, du breton littéraire er remanié tellement compliqué qu'il fallait avoir le dictionnaire sous la main. Il y avait ainsi une revue ou même le titre était incompréhensible ! (comme dans le sketch du blouson noir de Coluche : Bob, c'est un mec, il lit des bouquins, je comprends même pas le titre !). Gare aux excès dans les deux sens donc, une langue, au départ, c'est fait pour se comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
http://patoisantlorrain.canalblog.com
Maya
Vicomte
Vicomte
avatar

Messages : 90
Points : 121
Réputation : 3
Date d'inscription : 09/07/2011

MessageSujet: Re: contes vosgiens   Jeu 23 Fév - 16:43


Bonjour,

Vous devez posséder pas mal d'ouvrages sur le patois, vous-même, avez-vous déjà écrit des livres ?

La bande dessinée de Tintin, où peut-on encore la trouver, autre qu' à la médiathèque de Remiremont ?
Revenir en haut Aller en bas
luce88
Baron
Baron
avatar

Messages : 73
Points : 108
Réputation : 0
Date d'inscription : 21/08/2011

MessageSujet: Re: contes vosgiens   Sam 10 Mar - 13:31



Bonjour Maya,

J'ai ce livre dans ma bibliothèque, si ça t'intéresse, contacte-moi en MP Wink
Revenir en haut Aller en bas
Flavien
Grand Ecuyer
Grand Ecuyer
avatar

Messages : 34
Points : 38
Réputation : 0
Date d'inscription : 10/09/2012

MessageSujet: Re: contes vosgiens   Lun 17 Sep - 19:47


Bonsoir,

Je le possède également, un bel ouvrage en patois et bravo à ceux qui en ont fait la traduction study
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: contes vosgiens   

Revenir en haut Aller en bas
 
contes vosgiens
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Contes (Perrault et autres)
» Contes et Légendes Nathan
» Contes et Histoires philosophiques
» Contes de Noël
» Emission N° 20/2009 Contes populaires d'Algérie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vosges Passions :: Cultures :: Traditions populaires de nos contrées-
Sauter vers: